Taxer l’aérien rapporterait près d’un milliard par an à la Belgique

L’intérêt de l’opération : appliquer  le principe du pollueur-payeur.
L’intérêt de l’opération : appliquer le principe du pollueur-payeur. - Pierre-Yves Thienpont.

L’information que Le Soir révélait ce samedi n’est pas passée inaperçue, même au-delà des frontières de la Belgique. Ce mardi, à l’occasion d’un conseil des ministres de l’Environnement, notre pays s’apprête à demander à ses partenaires européens d’ouvrir un débat en vue d’établir « une taxation juste et correcte » du transport aérien. Cela pourrait prendre la forme d’une TVA sur les billets d’avion qui en sont actuellement exemptés. Ou d’une taxation (accises) sur le kérosène, également libre de toute taxe.

Les émissions de l’aviation représentent 3,6 % des émissions totales de l’Union européenne. Elles ont augmenté de 95 % entre 1990 et 2016, dont 21 % ces trois dernières années. Et on estime qu’elles croîtront encore de 21 % d’ici à 2040.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct