Climat: malgré tout, la Belgique va (toujours) dans le mur

Les manifestations pour le climat n’ont pour l’instant pas ébranlé le paysage politique. Pendant ce temps, les chiffres se dégradent. © Reuters.
Les manifestations pour le climat n’ont pour l’instant pas ébranlé le paysage politique. Pendant ce temps, les chiffres se dégradent. © Reuters.

Secoués par les manifestations des jeunes et moins jeunes pour le climat, de nombreux politiques ont réagi d’abord étonnés, puis un brin agacés aux revendications de la rue. « Nous avons déjà tant fait », a-t-on souvent entendu. Pour le fédéral, le Premier ministre Charles Michel (MR) et sa ministre du Climat Marie-Christine Marghem (MR) ont souligné le développement intensif de l’éolien offshore, le réinvestissement dans le RER, l’émission d’obligations vertes… En Wallonie, on affirme que les objectifs climatiques pour 2020 seront atteints, on met notamment en avant l’augmentation des primes pour l’isolation des maisons et l’évolution des renouvelables. En Flandre, on affirme aussi déployer tous les efforts possibles. A Bruxelles, on défend le bilan des primes énergies, on rappelle la zone basse émission, on a mis en place un groupe de travail pour intensifier la politique climatique…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct