«La dernière chance de Rowan Petty»: le roi de l’arnaque est tombé bien bas

Le héros de Richard Lange est devenue «
un loser obligé de quémander
».
Le héros de Richard Lange est devenue « un loser obligé de quémander ». - Paul Redmond.

Teintés de noir, les romans de Richard Lange sont des entreprises subversives desquelles le mythe de la réussite offerte au premier Américain venu sort très abîmé. La dernière chance de Rowan Petty, troisième fiction longue d’un auteur qui a aussi publié un recueil de nouvelles, est un livre où l’on entre comme si on y était chez soi – quand bien même ce « chez soi » est très différent du nôtre – et qu’on ne quitte pas.

Rowan Petty est un arnaqueur. Trouver des clients pour des affaires qui n’existent pas, leur faire cracher un maximum de pognon, encaisser, disparaître. Un art qui exige de se donner à fond, enrober le discours de belles promesses, endormir la méfiance devant un démarcheur non sollicité, bref, lancer les filets de pêche en espérant y trouver du gros en les relevant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct