137 groupes de bénévoles au secours des batraciens de Wallonie

A Robelmont (Meix-devant-Virton), des barrières ont été placées face aux mares, pour bloquer les batraciens qui tombent dans des seaux. Les sauveteurs n’ont plus qu’à les déposer dans l’eau, sans danger.
A Robelmont (Meix-devant-Virton), des barrières ont été placées face aux mares, pour bloquer les batraciens qui tombent dans des seaux. Les sauveteurs n’ont plus qu’à les déposer dans l’eau, sans danger. - F.BAILLIEUX.

La longue ligne droite bien roulante qui file du lieu-dit Bellevue, à l’entrée de Virton, vers le village de Robelmont, est illuminée chaque soir depuis une bonne semaine par des lampes clignotantes. Cela va durer encore quelques semaines. Cette route est en effet un traquenard mortel potentiel pour des centaines de batraciens qui la traversent, pour aller de leur lieu de vie boisé vers des mares où ils vont se reproduire.

Alors, comme dans une grosse centaine d’autres lieux en Wallonie, des bénévoles retroussent leurs manches chaque soir en cette période pluvieuse de fin d’hiver pour sauver ces animaux qui n’ont que peu de chance de sauver leur peau sans une aide humaine.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct