Réduire la dette publique à tout prix, une fausse bonne idée?

Pour Olivier Blanchard, «
l’augmentation de la dette ne doit pas nécessairement entraîner une hausse (ultérieure) des impôts
».
Pour Olivier Blanchard, « l’augmentation de la dette ne doit pas nécessairement entraîner une hausse (ultérieure) des impôts ». - Reuters

N on seulement les taux d’intérêt sont bas, mais ils sont également inférieurs aux taux de croissance. Si cette situation se maintient à l’avenir, alors la dette publique n’a pas de coût budgétaire. En d’autres termes, l’augmentation de la dette ne doit pas nécessairement entraîner une hausse (ultérieure) des impôts. »

Si cela ressemble furieusement à un pavé dans la mare – en particulier de ce côté-ci de l’Atlantique –, l’auteur de ces propos n’est pas n’importe qui, s’agissant d’Olivier Blanchard, professeur émérite au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et ancien économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct