Le grand-duché de Luxembourg réinvestit ses friches sidérurgiques

Entre le rail et la ville Schifflange, au fond à droite, et Esch-sur-Alette, la seconde ville du pays, à gauche, l’ex-site sidérurgique d’Arcelor-Mittal offre près de 60 ha de friches à faire revivre.
Entre le rail et la ville Schifflange, au fond à droite, et Esch-sur-Alette, la seconde ville du pays, à gauche, l’ex-site sidérurgique d’Arcelor-Mittal offre près de 60 ha de friches à faire revivre. - D.R.

Le Luxembourg, petit pays par sa taille, est confronté à une démographie galopante. Les anciennes friches désertées par la sidérurgie du siècle passé sont une solution potentielle pour être transformées en nouvel espace de vie, de commerce, de bureaux, d’artisanat, le tout dans une logique d’aménagement bien pensée.

Le vaste site d’Esch-Belval (120 hectares) a entamé sa mue il y a près de vingt ans et est désormais fonctionnel sur une bonne partie de sa superficie. 75 % de la surface globale sont occupés par l’université de Luxembourg, des commerces, du logement, des centres de recherche, la Rockhal, des bureaux, etc., ou ont été vendus à des promoteurs dans l’attente de constructions imminentes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct