White Lies Five

<span>White Lies</span> Five

Le groupe londonien n’a jamais caché son amour pour la cold-wave de la fin des années 70 et du début des années 80 mais sur son précédent album, il tentait d’ouvrir un peu son propos. Mal lui en a pris : les fans ont boudé ce quatrième disque.

La bande à Harry McVeigh a bien retenu la leçon et pour ce cinquième opus, revient à ces mélodies sépulcrales biberonnées à Joy Division, à The Cure et à Echo & the Bunnymen. Il parvient même à joliment renouveler le genre avec des titres forts comme « Time To Give », « Tokyo » ou « Never Alone »…

Le site du groupe.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct