Alegrià e Libertà

<span>Alegrià e Libertà</span>

Ce n’est pas du jazz, ce n’est pas du rock, ce n’est pas de la pop. De la musique du monde, du folklore, de la chanson. Et ça a bien sa place dans une chronique de nouveautés.

Les chanteuses de Ialma (Veronica Codesal, Natalia Codesal, Eva Fernandez, Marisol Palomo) ont rejoint la pasionaria du chant populaire italien Lucilla Galeazzi, l’accordéoniste Didier Laloy, le joueur de tamburello Carlo Rizzo et le guitariste Maarten Decombel pour offrir ces mélodies joyeuses ou tristes, venues des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en Galice ou du Salento, dans les Pouilles.

Ce sont des voix de mémoire, des chants de femmes qui se donnent du courage lors des travaux des champs ou du filage de la fibre de jute en se racontant, en résistant aussi. C’est le célèbre « Bella Ciao », mais aussi « Notte Scura », « Alegrià e Libertà », etc.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct