Une affaire tentaculaire

Le litige est en cours depuis un quart de siècle.

1990 Bernard Tapie achète Adidas pour l’équivalent de 245 millions d’euros.

1992 Il veut se débarrasser de la marque aux trois bandes mais il échoue à la revendre à Reebok. Il mandate la SDBO, filiale du crédit Lyonnais, pour trouver un acquéreur.

1993 Adidas est vendu pour 472 millions d’euros, le prix minimum demandé par Tapie, à un groupe d’investisseurs, dont Robert-Louis Dreyfus et une filiale du Crédit lyonnais

1994 Robert-Louis-Dreyfys prend le contrôle d’Adidas à un prix bien supérieur : 700 millions d’euros. Tapie accuse la banque, alors publique, d’avoir mis en place un montage financier complexe qui lui permet d’engranger une copieuse plus-value.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct