Le fonds pétrolier norvégien se désengage (un peu) des valeurs… pétrolières

Le retrait du secteur pétrolier ne sera pas complet.
Le retrait du secteur pétrolier ne sera pas complet. - DR

C’est un énorme bas de laine dans lequel l’Etat norvégien entasse depuis 1996 les revenus de l’exploitation pétrolière et gazière – le pays est le plus gros producteur d’or noir en Europe. A l’heure actuelle, on y trouve 8.926 milliards de couronnes, soit un peu plus de 900 milliards d’euros. Le fonds souverain norvégien, géré par la Banque centrale, c’est la cagnotte avec laquelle Oslo finance (et continuera à financer, même lorsque les réserves de brut du pays seront épuisées) l’Etat-providence. Investie pour environ deux tiers en actions et un tiers en obligations, la plus grosse tirelire du monde pèse à elle seule 1,4 % de la capitalisation boursière mondiale. Et elle est régie par des règles strictes : interdiction d’investir dans des sociétés qui contreviennent aux droits humains (travail des enfants, par exemple), qui produisent des armes « qui violent les principes humanitaires fondamentaux » ou du tabac, ou qui exploitent du charbon.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct