Moins de blessures à la tête

« On se protège de plus en plus, mais à des endroits très spécifiques », constate Frédéric Tits, médecin responsable de l’équipe en vol. Avant que le port du casque ne se démocratise, les accidents à la tête étaient nombreux. « Ces quatre dernières années, nous sommes passés de 12 % à 3 % de blessures à la tête, poursuit-il. Le port du casque est passé dans les mœurs, surtout chez les enfants où l’on constate une des baisses les plus notables. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct