Le CD&V réclame une 7e réforme de l’Etat en 2024

Wouter Beke, le président du CD&V, avec trois ténors de son parti, revendique une nouvelle réforme de l’Etat pour 2024.
Wouter Beke, le président du CD&V, avec trois ténors de son parti, revendique une nouvelle réforme de l’Etat pour 2024. - Sylvain Piraux.

Voilà qui surprendra par rapport à certaines déclarations précédentes et en raison du moment : dans une carte blanche publiée ce lundi dans De Standaard, quatre ténors du CD&V, la ministre flamande Hilde Crevits, le président Wouter Beke, le vice-Premier Kris Peeters et le chef de groupe à la Chambre Servais Verherstraeten (soutenus par trois anciens : Yves Leterme, Luc Van den Brande et Johan Sauwens), en appellent à une 7e réforme de l’Etat. Mais pas pour tout de suite : pour 2024. Le temps que les partis flamands, dans leur parlement régional (comme ils l’avaient fait en 1999 en votant cinq résolutions), adoptent une nouvelle série de revendications institutionnelles. Et ils invitent les partis francophones à profiter du même laps de temps pour faire de même.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct