L’Europe serait la première victime de la guerre commerciale lancée par les Etats-Unis

A court terme, la Chine serait la plus affectée par une guerre commerciale avec Washington, mais devrait rapidement se retourner vers d’autres marchés.
A court terme, la Chine serait la plus affectée par une guerre commerciale avec Washington, mais devrait rapidement se retourner vers d’autres marchés. - reuters

A priori, il y a quelque chose de paradoxal dans l’attitude de l’Union européenne vis-à-vis du président américain. L’Europe – c’est un euphémisme – n’apprécie guère Donald Trump, dénonçant notamment ses velléités protectionnistes. Parallèlement, la Commission et la plupart des Etats-membres souhaitent entamer aussi tôt que possible des pourparlers commerciaux avec Washington.

Pour Cecilia Malmström, la commissaire au Commerce, c’est une question de crédibilité : l’UE doit respecter l’engagement d’entamer des négociations sur la réduction des droits de douane, qu’elle a pris l’année dernière, lorsque le président Juncker a fait le déplacement à Washington durant l’été.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct