La Wallonie veut développer ses pistes cyclables

Les travaux réalisés à l’avenir par les agents du SPW Infrastructures et de la Sofico devront désormais impérativement intégrer une prise en compte des modes actifs.
Les travaux réalisés à l’avenir par les agents du SPW Infrastructures et de la Sofico devront désormais impérativement intégrer une prise en compte des modes actifs. - d.r.

Le refrain est connu. Le réseau de pistes cyclables en Wallonie permet-il de se déplacer de manière sécurisée à vélo ? En bien des endroits, la réponse est clairement non. D’abord, dans l’ensemble, les routes ne laissent que peu de place aux autres usagers que les véhicules motorisés. Dans les villes comme dans les campagnes, la présence d’une piste cyclable ou d’un aménagement – comme un Ravel – favorisant les modes de déplacement doux n’est pas la norme. Sans oublier que, traditionnellement, nos villages ne comptent même pas de trottoirs. Et quand des pistes cyclables existent, elles sont parfois impraticables car en trop mauvais état. En ces temps où la pratique quotidienne du vélo – moyen efficace de désengorger la circulation – doit être facilitée, celui qui voudrait aller en deux-roues au boulot ou conduire ses enfants à l’école a toutes les raisons de préférer la voiture. Il faudrait que ça change.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct