Le «voyage» d’un Brabançon sur le plus petit voilier de course au monde

Sur la mer, Thibault Raymakers sent toutes ses émotions décuplées. L’occasion de réaliser un voyage intérieur, pour connaître ses limites et les dépasser...
Sur la mer, Thibault Raymakers sent toutes ses émotions décuplées. L’occasion de réaliser un voyage intérieur, pour connaître ses limites et les dépasser... - Alexander Champy-McLean/Be Sailing.

C’est plus qu’une épreuve mythique à ses yeux. C’est d’abord et avant tout ce qu’il appelle « un voyage introspectif »  : « On fait partie du temps. Celui qui passe et dont on est tributaire. Et celui qui découle de la météo, que l’on subit forcément, qu’il y ait du vent ou pas. Ce temps, c’est devenu un luxe certain à notre époque car il nous permet de découvrir nos limites et de les dépasser. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct