Un frémissement en faveur de l’accord sur le Brexit en Grande-Bretagne

Theresa May en méditation au Parlement britannique. Ses tourments dus au Brexit ne sont pas terminés.
Theresa May en méditation au Parlement britannique. Ses tourments dus au Brexit ne sont pas terminés. - RTR.

Depuis Londres

Esther McVey a changé d’avis. En novembre dernier, la députée conservatrice avait claqué la porte du gouvernement de Theresa May de manière fracassante au motif que l’accord auquel la Première ministre était parvenue avec les Vingt-Sept « ne fai(sai)t pas honneur au résultat du référendum » de juin 2016. Dimanche, l’ex-ministre du Travail et des Retraites a annoncé qu’elle était prête à « se pincer le nez » et à voter en faveur de l’accord, faisant valoir que « les règles (avaient) changé ».

« Désormais, le choix qui se présente à nous est entre cet accord et pas de Brexit du tout. Or, ne pas aboutir au Brexit irait à l’encontre du vote démocratique du peuple », a déclaré Esther McVey, au cours d’une interview donnée à la chaîne Sky News.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct