Il est minuit moins une pour les cellules de reconversion à Bruxelles

Le plan de restructuration annoncé par Proximus est récemment venu rappeler que Bruxelles n’était pas à l’abri des licenciement collectifs.
Le plan de restructuration annoncé par Proximus est récemment venu rappeler que Bruxelles n’était pas à l’abri des licenciement collectifs. - Pierre-Yves Thienpont.

Depuis leur naissance en 1977, les cellules de reconversion ont permis à de nombreux travailleurs wallons touchés par une restructuration de bénéficier d’un programme d’accompagnement organisé au sein même de leur entreprise. Au sud du pays, des dispositifs de ce type, mis en place sur base d’un partenariat entre le Forem et les organisations syndicales – et bénéficiant d’un cadre légal coulé dans un décret de 2004 –, veillent en effet à proposer un support axé non seulement sur la redirection vers un emploi mais aussi vers la formation, en mobilisant du personnel spécifiquement dédié cette fin.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct