Le duel Alaphilippe-Sagan se précise sous l’arbitrage de leurs équipiers

Le duel Alaphilippe-Sagan se précise sous l’arbitrage de leurs équipiers

L’orfèvrerie de Patrick Lefevere finira par déborder d’apparats. Sans parler des compteurs, que Deceuninck affole en même temps que la turquoise Astana, l’équipe bleue a le don de désorienter la concurrence. Lundi, à Jesi, le sprint massif se configurait assez clairement, sous l’impulsion d’ailleurs de l’équipe belge, la seule, avec Bora-Hansgrohe à assumer la poursuite derrière les échappés repris à 5 bornes de l’arrivée. Elia Viviani, marqué par Sagan, profita toutefois de la reconnaissance du premier passage sur la ligne pour juger sa forme et le faux plat en légère montée qui ne l’avantageait pas forcément. «  Dans l’oreillette, il a dit que je pouvais faire le sprint pour moi, qu’il ne le sentait pas mais je lui ai répondu qu’il ne devait pas se tracasser, qu’on se mettrait en ligne pour lui  », dira plus tard Julian Alaphilippe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct