Hellhole Abstrait et opaque

<span>Hellhole</span> Abstrait et opaque

Le titre est probablement mal choisi. On s’attend à une réponse à l’insulte de Donald Trump, un film qui montre un Bruxelles debout et vivant. On se retrouve devant une œuvre abstraite et opaque.

Hellhole suit trois personnages : un jeune de Molenbeek, un médecin flamand et une eurocrate italienne, soit trois pans d’une ville qui apparaît sous le choc. Les personnages, eux, semblent tétanisés, claustrophobes, dépressifs. Ils ne se croisent pas, ne se parlent pas, vivent leur vie de leur côté et ne parviennent pas s’exprimer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct