Le street art, entre attrait esthétique et touristique

La «
fresque des Wallons
», conçue en trompe-l’œil, occupe tout un pignon d’un bâtiment faisant la jonction entre l’ancien et le nouvel hôtel de ville de Namur.
La « fresque des Wallons », conçue en trompe-l’œil, occupe tout un pignon d’un bâtiment faisant la jonction entre l’ancien et le nouvel hôtel de ville de Namur. - Michel Tonneau.

L’art en ville n’est pas ou plus réservé à la seule ville de Bruxelles, réputée pour ses nombreuses fresques dédiées à la bande dessinée. D’autres cités ont décidé de participer activement à la décoration des façades mortes, voire d’en faire un vrai fil conducteur décoratif et culturel, à l’image de Namur qui a intensifié cette thématique dès 2014. Rochefort et Arlon réfléchissent aussi à un projet de parcours à créer en ville, qui serait un « plus » pour le tourisme-découverte.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct