Wim Delvoye, un créateur contemporain nourri d’art ancien et de technologie moderne

«
Je viens d’un petit village, je suis un garçon normal
».
« Je viens d’un petit village, je suis un garçon normal ». - Bruno Dalimonte

Des combattants qui se déplacent dans des villes désertes : l’image n’est pas inhabituelle dans les bas-reliefs anciens dont beaucoup ont célébré les exploits militaires d’un peuple. Réalisés en marbre, ceux que le visiteur découvre dans les premières salles du sous-sol des Musées royaux des Beaux-Arts, se distinguent toutefois de leurs prédécesseurs : ils ont été réalisés au laser, sans intervention humaine. Et les images qu’ils proposent sont directement inspirées par les jeux vidéos Fortnite et Counter Strike.

Culture populaire et art ancien, technologie moderne et artisanat : bienvenue dans le monde de Wim Delvoye. Actif depuis une trentaine d’années, l’artiste connaît ici sa première grande exposition bruxelloise avec une septantaine d’œuvres dont 15 créations inédites.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct