Proche-Orient: un plan de paix illusoire et contrarié par le cavalier solitaire de Trump sur le Golan

Le plateau du Golan est devenu un lieu de visite pour les touristes israéliens. Avec même des silhouettes de soldats israéliens en position de tir...
Le plateau du Golan est devenu un lieu de visite pour les touristes israéliens. Avec même des silhouettes de soldats israéliens en position de tir... - EPA.

Depuis New York,

Officiellement, l’Amérique prépare en coulisses un ambitieux plan de paix israélo-palestinien, dont elle entend dévoiler les contours sitôt passées les élections du 9 avril dans l’État hébreu. Serpent de mer des promesses électorales de Donald Trump en 2016, ce chantier difficile a été confié au gendre de celui-ci, Jared Kushner, qui vient d’achever une tournée des capitales de la péninsule arabique. Sans rien dévoiler ou presque de ses intentions.

Peu importe, finalement. «  Les chances que ce plan de paix voit le jour et soit bien reçu sont infimes ou nulles  », tranche Aaron David Miller, président du Woodrow Wilson Center for Scholars et ancien conseiller Moyen-Orient du président Bill Clinton.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct