Les fins de carrière, nœud du problème

L’accord interprofessionnel conclu fin février entre les partenaires sociaux comporte plusieurs points. Celui sur les fins de carrière pose problème à l’aile droite du gouvernement, tandis que la maigre avancée sur le salaire minimum hérisse une partie de la base syndicale.

Norme salariale. L’élément emblématique de cet AIP 2019-2020, c’est la norme salariale, finalement arrêtée à 1,1 %. Soit le taux d’augmentation des salaires pour les deux années à venir, établi sur base d’une loi de 1996 sur la compétitivité des entreprises, durcie encore voici deux ans.

Heures supplémentaires. Le nombre annuel d’heures supplémentaires autorisées par travailleur passera de 100 à 120 heures.

Bien-être. A la demande patronale, l’application de l’enveloppe bien-être a été liée à l’accord sur l’AIP. Il s’agit de revaloriser les allocations sociales.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct