50 ans après, l’agent orange continue d’infester le Vietnam

Thai Thi Nga, 15 ans, victime de l’agent orange. Photo AFP.
Thai Thi Nga, 15 ans, victime de l’agent orange. Photo AFP.

Au Vietnam, l’armée américaine a mené deux guerres, l’une contre le Viet Cong et l’autre contre la nature. Pour cette dernière, les militaires US eurent recours à des millions de litres d’herbicides pour s’en prendre à la jungle, refuge des communistes, et aux cultures de riz qui les nourrissaient. L’agent orange fut l’herbicide le plus utilisé.

Diverses études pointent qu’un demi-siècle après l’arrêt de son épandage, des restes extrêmement toxiques de ce désherbant perdurent dans les sols et dans les sédiments, d’où ils intègrent la chaîne alimentaire.

C’est le président Kennedy qui, dans le cadre d’une nouvelle stratégie visant à empêcher l’effondrement du Sud-Vietnam sous la pression des nationalistes et communistes du Nord, a ouvert la voie à la plus grande guerre chimique de l’histoire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct