Le manuscrit de «Cent ans de solitude» que García Márquez pensait perdu

Photo Reuters.
Photo Reuters.

L’imagination époustouflante de Gabriel García Márquez, c’est sans aucun doute son père qui la décrivit le mieux : «  Il avait le pouvoir d’inventer au-delà de la réalité qu’il voyait sous ses yeux. J’ai toujours dit qu’il avait deux cerveaux. Personne ne m’ôtera de l’idée que Gabito est bicéphale  », disait don Gabriel Eligio García. Si ce fabuleux talent créatif a imprégné ses œuvres, il aimait également teinter de fiction les histoires réelles qui se cachaient derrière ses écrits.

García Márquez a forgé une légende à partir des détails de son œuvre Cent ans de solitude . Brouillant les pistes, il affirmait qu’il avait dû envoyer l’original en deux parties à la maison d’édition Sudamericana car il n’avait plus assez d’argent au bureau de poste, et aimait répéter qu’il ne savait même pas où se trouvaient les manuscrits.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct