Affaire Mawda: la laborieuse extradition du chauffeur présumé de la camionnette

Des traces ADN sur le volant et le levier de vitesse ont permis aux enquêteurs de sortir un profil, un Irakien de 25 ans, suspecté d’être le chauffeur de la camionnette.
Des traces ADN sur le volant et le levier de vitesse ont permis aux enquêteurs de sortir un profil, un Irakien de 25 ans, suspecté d’être le chauffeur de la camionnette. - AVPRESS

On l’a présenté l’été dernier comme un ressortissant irakien de 25 ans. Cet homme est soupçonné par la justice belge d’avoir été le chauffeur de la camionnette dans laquelle, au cours de la funeste nuit du 17 mai 2018, Mawda (2 ans) a été tuée par une balle policière.

Le passeur présumé n’avait pas directement été interpellé après le drame, résultat d’une enquête très chaotique dans les premières heures suivants la mort de la fillette kurde. Le jeune Irakien avait toutefois laissé son ADN sur le volant et le levier de vitesse. Ce qui a permis aux enquêteurs de l’identifier comme le possible chauffeur. Ce serait donc lui, le témoin clé de la course-poursuite au cours de laquelle un policier de la route de Mons a ouvert le feu et accidentellement tué Mawda. L’homme devra aussi s’expliquer dans le volet trafic d’êtres humains de l’affaire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct