La pelle Luc Tuymans à Venise, un dialogue époustouflant

Dans un mariage parfait avec les lieux, les œuvres prennent une dimension nouvelle comme ce triptyque donnant l’impression de ne former qu’une seule toile.
Dans un mariage parfait avec les lieux, les œuvres prennent une dimension nouvelle comme ce triptyque donnant l’impression de ne former qu’une seule toile. - D.R.

Il y a quelques mois, le visiteur qui pénétrait au Palazzo Grassi était instantanément confronté à l’immense sculpture de Damian Hirst occupant le grand atrium et se dressant quasiment jusqu’au plafond, 18 mètres plus haut. La vision est totalement différente aujourd’hui avec Luc Tuymans. Mais pas moins forte. En ouverture d’un parcours exclusivement consacré à la peinture, on découvre une gigantesque mosaïque couvrant quasiment tout le sol du même atrium. Une image en noir et blanc, d’une étonnante simplicité : quelques arbres noirs qu’on dirait tracés d’un geste vif de calligraphe.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct