Les cimetières wallons se mettent (toujours plus) au vert

Les cercueils en carton coûtent moins cher que leur équivalent en bois.
Les cercueils en carton coûtent moins cher que leur équivalent en bois. - Thomas Van Ass

La situation est enfin claire six pieds sous terre : le gouvernement wallon a adopté ce jeudi l’arrêté définissant les règles d’utilisation des différents types de cercueils, en fonction du type d’inhumation. Parmi les changements apportés par cet arrêté figure notamment l’autorisation, dès le 15 avril prochain, de l’utilisation de cercueils en carton et en osier dans les cimetières wallons.

Un choix dans l’air du temps, qui suit la voie déjà tracée par plusieurs pays, notamment la France, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande, où ces cercueils plus « light » ont déjà fait leur trou. Pour les citoyens, l’intérêt économique qu’ils représentent est non négligeable : le prix d’un cercueil en carton est d’environ 500 euros, quand le celui de leur équivalent en bois (dépendant de la qualité de celui-ci) oscille en général entre 800 et 4.000 euros.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct