Partie inachevée

Les mouvements qui se sont mobilisés ces dernières semaines étaient bien conscients qu’une page se tournera dans la nuit de jeudi à vendredi. Si le coup est rude, on ne veut pas se laisser gagner par la déprime. Malgré l’échec, on a le sentiment d’avoir fait « bouger les lignes ». D’avoir mis le climat à l’agenda des médias, des politiques, des citoyens, des entreprises. Et cela ne reviendra pas en arrière, assure un cadre d’ONG. « Le signal politique est négatif face à la mobilisation qui existe depuis des mois », commente Céline Tellier, secrétaire générale d’Inter Environnement Wallonie, qui se dit « frappée par le fossé hallucinant entre les partis rétrogrades sur le dossier climat et les attentes des citoyens. » Mais la mobilisation ne s’arrête pas, dit-on au sein des associations.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct