La Ville de Bruxelles se veut exemplaire sur le plan énergétique

Cachez cette couronne de leds que les caciques du patrimoine n’accepteront pas dans la salle gothique de l’hôtel de ville.
Cachez cette couronne de leds que les caciques du patrimoine n’accepteront pas dans la salle gothique de l’hôtel de ville. - SYLVAIN PIRAUX.

Ce matin-là, ça souffle fort… Surtout pour les ouvriers occupés à isoler le toit de l’école primaire Henriette Daschbeek… Tout en haut de l’échafaudage, on devine les toits du Sablon. Ce n’est pas ça que la cellule énergie de la Ville de Bruxelles et son nouvel échevin, Benoît Hellings (Ecolo), sont venus voir. Mais bien les centimètres d’isolant qui réduiront, très vite, la consommation d’énergie.

Scruter les courbes de consommation, les voir faiblir, c’est l’une des fiertés d’Arnaud Bastogne, Caroline Housmans et Régis Callens. A trois, ils tentent, depuis 2010, de faire de la Ville de Bruxelles un propriétaire exemplaire. Qui ne laisse plus Manneken Pis ouvrir le robinet d’eau potable sans voir que ce sont 1.000 à 1.500 litres (l’équivalent de la consommation de plusieurs ménages) qui sont gaspillés chaque jour. Qui traque toutes les fuites d’eau, soigne les passoires énergétiques. La cellule énergie observe, analyse, conseille, accompagne, planifie à long terme, pour toute la Ville.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct