Fiscalité: un prix élevé pour attirer les riches étrangers

Ronaldo a utilisé les règles favorables aux résidents étrangers successivement au Royaume Uni, en Espagne et en Italie.
Ronaldo a utilisé les règles favorables aux résidents étrangers successivement au Royaume Uni, en Espagne et en Italie. - AFP.

Les pays européens sont prêts à des gros sacrifices uniquement pour attirer d’importantes multinationales, mais également des riches particuliers étrangers, dénoncent les Verts européens dans un nouveau rapport. Ils chiffrent à un milliard d’euros le coût du régime belge en la matière.

Ces dernières années, le débat a surtout porté sur l’impôt des sociétés, les différents scandales fiscaux, relayés notamment par Le Soir, aidant, mais la concurrence fiscale des Etats européens pour attirer des particuliers n’a rien à envier à celle pour attirer des multinationales.

Le rapport commandé par les Verts estime que ce sont 160.000 riches particuliers qui bénéficient de conditions fiscales ultra-avantageuses dans les dix pays sur lesquels il s’est penché.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Finances