«Le Tchernobyl de nos interventions»

Spécialiste du guidage des frappes aériennes, « missilier » envoyé au Rwanda lors de l’Opération Turquoise, Guillaume Ancel, capitaine au moment des faits, a quitté l’armée française avec le rang de lieutenant-colonel.

Est-il imaginable, en France ou ailleurs, que les militaires agissent à l’encontre de la décision politique ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct