Une stratégie pour Bruxelles, avec les patrons

La congestion du trafic automobile dans la capitale, selon les patrons wallons, constitue un véritable frein à y donner des rendez-vous d’affaires.
La congestion du trafic automobile dans la capitale, selon les patrons wallons, constitue un véritable frein à y donner des rendez-vous d’affaires. - Roger Milutin.

La charge patronale contre Bruxelles vaut son pesant de paradoxes. S’inquiéter de ce qu’« aujourd’hui, quand on parle de la capitale, c’est avant tout pour énumérer des problèmes », mais empiler les maux bruxellois en nonante minutes… ou souligner que « la perception de la ville n’est pas bonne, il faut améliorer l’image », et enchaîner aussitôt les reproches…

Servis avec des litrons de picrate, les propos des patrons de Beci, du Voka et de l’Union wallonne des entreprises méritent malgré tout l’attention et l’analyse. Parce que les entreprises sont des actrices clés de la société, au même titre que le tissu associatif, les syndicats, les mouvements citoyens, les mutuelles, le secteur culturel… Et qu’un projet urbain ne se construira qu’avec la participation et l’adhésion de celles et ceux qui font la ville.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct