Le micro-crédit, une solution pour les entrepreneurs

Stéphanie fait depuis trois saisons ses yaourts et ses fromages au lait cru de brebis dans un container tout neuf de six mètres sur trois, équipé du matériel dernier cri, pour lequel elle a dû emprunter un montant total de 20.000 euros.
Stéphanie fait depuis trois saisons ses yaourts et ses fromages au lait cru de brebis dans un container tout neuf de six mètres sur trois, équipé du matériel dernier cri, pour lequel elle a dû emprunter un montant total de 20.000 euros. - dominique duchesnes.

Pour obtenir un prêt de 20.000 euros pour le container et l’équipement, Stéphanie a dû pousser la porte de plusieurs banques, frileuses à financer son activité naissante. Même si son logement ne lui coûte rien, elle a dû démontrer que ses revenus étaient suffisants et que son emprunt n’allait pas excéder le tiers de ceux-ci. « Avec l’aide d’un cousin comptable, on a fait un bon plan financier. J’ai reboosté un peu mes ventes et c’est passé », raconte-t-elle.

« Que ce soit pour un prêt hypothécaire ou à la consommation, la banque va examiner quelle est la capacité de remboursement en fonction des revenus et des dépenses, rappelle Rodolphe de Pierpont, porte-parole de la Fédération belge du secteur financier (Febelfin). En ce qui concerne les crédits professionnels, que ce soit pour des entreprises ou des indépendants, c’est la même chose. Le tiers maximum des revenus pour un crédit n’est pas une règle absolue. C’est du cas par cas. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct