Charles Michel, la Constitution, et la suédoise bis

©Sylvain Piraux/Le Soir
©Sylvain Piraux/Le Soir - Sylvain Piraux/Le Soir

La Chambre a adopté vendredi durant la nuit, vers 2 h 30, sa déclaration de révision de la Constitution, comportant une quarantaine d’articles, mais on est loin du compte. Car le Sénat puis le gouvernement doivent se prononcer à leur tour. Et l’on sait que Charles Michel, non seulement, comme l’ensemble des partis francophones, ne voulait pas entendre parler d’une déclaration comprenant l’article 1 de la Constitution (qui a trait à l’Etat fédéral, ses Régions et Communautés), mais qu’il ne veut pas davantage d’une déclaration XXL, intégrant des dispositions qui, juge-t-il, peuvent s’avérer communautairement problématiques : on pense à celles relatives à la monarchie, aussi à la composition du conseil des ministres.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct