L’avenir des doctorants est aussi en dehors des universités

Un doctorat ne mène quasiment plus au métier de professeur d’université ou d’assistant.
Un doctorat ne mène quasiment plus au métier de professeur d’université ou d’assistant. - Bruno Dalimonte.

Toujours plus haut… Avec l’inflation du niveau d’études – il faut davantage de qualifications aujourd’hui qu’hier pour s’insérer dans la société – le doctorat attire de plus en plus de candidat(e)s. Corollaire de l’opération, l’objectif du troisième cycle universitaire a changé de paradigme. Alors qu’historiquement, il était surtout destiné à reproduire les corps académiques, il irrigue aujourd’hui toutes les couches de la société : l’enseignement supérieur bien sûr, mais également le secteur public et les entreprises privées.

Dans ce contexte, comment évoluent les quelque 800 docteurs produits chaque année par les universités francophones ? C’est ce qu’a cherché à comprendre Nathan Gurnet, chercheur à l’UCLouvain. Il a, sous la direction du professeur Bernard Fusulier, consacré une thèse à ce sujet, s’intéressant à l’existence d’un choc de cultures entre les milieux académiques et les secteurs privés/publics.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct