Alberto Bettiol: «Je n’osais pas me retourner»

Alberto, comment expliquez-vous que les journalistes, même les Italiens, vous connaissent si peu ?

C’est ma faute si je ne suis pas connu, pas la leur ! Après deux bonnes années, j’ai complètement disparu de la circulation en 2018. J’ai dû composer avec différentes difficultés qui font que les choses ont mal tourné. Nous sommes humains, cela arrive, mais il fallait essayer de changer les données… histoire que l’on me reconnaisse de nouveau. Je crois que ce sera le cas désormais.

C’est donc l’environnement chez BMC, avec Greg Van Avermaet comme leader, qui ne vous convenait pas ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct