Venezuela: le choc de deux camps irréconciliables

Il n’est pas certain que l’affrontement entre les deux clans ne débouche pas prochainement sur des violences à grande échelle.
Il n’est pas certain que l’affrontement entre les deux clans ne débouche pas prochainement sur des violences à grande échelle. - Reuters.

Chaque après-midi à la même heure, un coup de canon retentit au-dessus de Caracas. Tiré depuis les remparts du Cuartel de la Montana, petit fortin qui surplombe la ville, il commémore l’heure de la mort de Hugo Chavez, le 5 mars 2013. Ou plutôt celle de son « départ physique », comme le dit le sergent Vélasquez. Ce sous-officier féminin parle de l’ancien président avec la ferveur d’une vestale. « Cette année est la sixième sans notre combattant suprême, sans celui qui nous a donné une deuxième fois notre patrie, dit-elle devant le tombeau de granit noir de Chavez, entouré par une garde d’honneur en shakos et dolmans. Mais nous nous souvenons de lui avec amour, et le président Maduro conserve son héritage. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct