Quatre ans requis contre Candide, «partie en Syrie par amour»

Fahd Asamghi, le mari tué en Syrie.
Fahd Asamghi, le mari tué en Syrie. - DR

Les islamistes belges de retour de Syrie (les « returnees ») se bornent généralement, pour les hommes, à admettre qu’en rejoignant les troupes de l’Etat islamique, ils répondaient à une vocation « humanitaire ».

Les femmes, elles, invoquent le plus souvent l’amour pour repousser les incriminations terroristes qui leur valent d’être poursuivies devant les tribunaux. Ce fut encore le cas lundi, à Bruges, où le procureur fédéral a requis quatre ans de prison avec sursis à l’encontre d’une jeune femme de 25 ans, partie en Syrie en novembre 2014 et revenue de l’enfer syrien en mars 2017, devenue mère de deux enfants en bas âge.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct