Un djihadiste belge détenu en Syrie: «L’Etat islamique n’est pas mort»

Un djihadiste belge détenu en Syrie: «L’Etat islamique n’est pas mort»

Tête basse et menotté, Caner, alias Abu N., un jeune combattant belge, pénètre dans la salle d’un quartier général du nord-est de la Syrie appartenant aux services de renseignements kurdes (Asayish), un endroit qu’ils demandent de garder secret. Agé aujourd’hui de 26 ans, il en avait 20 lorsqu’il s’est rendu pour la première fois en Syrie afin de grossir les rangs des djihadistes. Il a ensuite rejoint l’Etat islamique (EI). En novembre 2017, alors qu’il tentait de fuir en Turquie, pays qui lui a également délivré un passeport, les forces démocratiques syriennes (FDS), à majorité kurde, l’ont arrêté.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct