Quand la N-VA se pose en sauveur de l’enseignement flamand

Quand la N-VA se pose en sauveur de l’enseignement flamand
A. Dewez.

La première fois que Hilde Crevits faisait parler d’elle, c’était en 2006. Elle apparaissait, avec sa collègue parlementaire Joke Schauvliege, sur la première page du quotidien le plus populaire en Flandre, Het Laatste Nieuws, en accusant ses collègues masculins du parlement flamand de machisme : « Nous refusons d’être appelées des nénettes ou des salopes rasantes par nos collègues ». Crevits, qui comme Schauvliege, fait partie du groupe CD&V, conclut : « Nous ne mettons pas tous les hommes dans le même sac et nous ne sommes pas en sucre, mais on en a marre du phallocentrisme qui règne au parlement. » Cependant, les deux « nénettes » deviendront toutes les deux très vite ministres au gouvernement flamand : Crevits un an après cet incident ; Schauvliege quelques années plus tard. Elles siégeront dix ans ensemble au sein de ce gouvernement.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct