Greffe d’utérus en France, une première

La transplantation de l’utérus donne de l’espoir aux femmes nées sans utérus, qui, jusqu’ici, devaient avoir recours à l’adoption ou à une mère porteuse. C’est la dixième fois qu’une telle opération est réalisée dans le monde.
La transplantation de l’utérus donne de l’espoir aux femmes nées sans utérus, qui, jusqu’ici, devaient avoir recours à l’adoption ou à une mère porteuse. C’est la dixième fois qu’une telle opération est réalisée dans le monde. - D.R.

Pour la première fois en France, une femme de 34 ans, infertile, a pu bénéficier d’une greffe d’utérus, grâce à un don de sa mère, a annoncé ce jeudi l’hôpital Foch de Suresnes (région parisienne). Ce type de greffe, réalisée auparavant dans d’autres pays, a déjà permis des naissances. Cette première médicale française a eu lieu dimanche 31 mars. Elle a été réalisée avec l’utérus d’une donneuse vivante – la mère de la receveuse – par l’équipe du professeur Jean-Marc Ayoubi, chef de service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction de l’hôpital Foch. La patiente greffée, atteinte du syndrome de Rokitansky (MRKH), est née sans utérus, une condition qui touche une femme sur 4.500 à la naissance. La donneuse, âgée de 57 ans, et sa fille, dont les identités n’ont pas été dévoilées, « vont bien », assure le chirurgien.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct