lesoirimmo

#EU4YOU: Vivre à Riga, dans l’ombre du Kremlin

La peur de l’invasion russe est toujours bien présente en Lettonie, d’autant plus depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Une stratégie est déjà prête. La Lettonie pourra tenir deux jours en attendant les forces de l’OTAN.
La peur de l’invasion russe est toujours bien présente en Lettonie, d’autant plus depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Une stratégie est déjà prête. La Lettonie pourra tenir deux jours en attendant les forces de l’OTAN. - D.R.

Depuis Riga

Sur les deux millions d’habitants à peine que compte la Lettonie, une personne sur trois appartient à la minorité russophone. A Riga, cette proportion est encore plus grande puisque plus de la moitié des habitants parlent russe. Mais on y chercherait en vain des noms de rues russes ou des administrations publiques signalées en cyrillique. L’État s’adresse à ses citoyens exclusivement en letton. Les personnes qui ne connaissent pas la langue ne pourront pas s’enregistrer auprès de la mairie, créer une entreprise, demander des allocations. Il y a quelques années, une proposition visant à faire du russe une langue officielle a été rejetée par référendum.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct