Quand Pékin fait la cour à seize pays d’Europe

Le Premier ministre chinois Li Keqiang à la cérémonie pour la construction du pont de Peljesac, en Croatie.
Le Premier ministre chinois Li Keqiang à la cérémonie pour la construction du pont de Peljesac, en Croatie. - Reuters.

Qu’en termes élégants, ces choses-là sont dites ! « Quand on rassemble 17 pays de toutes les couleurs, on obtient quelque chose de plus riche qu’un arc-en-ciel. Si nous construisons un pont arc-en-ciel entre l’Asie et l’Europe, nous parviendrons à une belle coopération dans l’avenir ». Ainsi parle Li Keqiang, le Premier ministre de la Chine, dans une « carte blanche » toute fleurie, publiée dans la presse croate à l’occasion de sa visite officielle entamée mardi soir.

Mais vendredi, c’était au pied d’un vrai pont, en béton, que l’on retrouvait le dirigeant de la dictature chinoise. Un pont qui enjambera les eaux turquoise de la péninsule de Peljesac. Il permettra aux Croates de se rendre à Dubrovnik, sans avoir à traverser le petit bout de côte appartenant à la Bosnie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct