L’inaction du futur gendarme financier irrite les eurodéputés

L’inaction du futur gendarme financier irrite les eurodéputés
reuters

Y a-t-il eu une erreur de casting dans le choix du gendarme financier européen qui se verra bientôt octroyer des pouvoirs renforcés dans la lutte contre le blanchiment d’argent ?

Le Parlement européen doit voter ce mardi sur l’accord qu’il a obtenu avec les Etats membres de l’UE pour attribuer davantage de compétences et de ressources à l’Autorité bancaire européenne (ABE) dans ce domaine. Cette agence de l’UE veille déjà à garantir la stabilité financière dans le marché unique. Sa principale tâche est d’adopter des normes techniques contraignantes qui précisent davantage les législations européennes en matière financière.

Mais les eurodéputés qui ont négocié sur ses futurs pouvoirs en matière de lutte contre le blanchiment sont irrités devant son inaction malgré leurs appels à investiguer le scandale Cum-Ex Files.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct