Un contrôleur aérien se lâche: «Nous disposons de conditions de travail extraordinaires pour des salaires mirobolants»

Il y a chaque nuit six personnes dans la tour de Zaventem pour gérer 20 à 30 vols, presque le même nombre que dans la tour à Heathrow aux heures de pointe…
»
Il y a chaque nuit six personnes dans la tour de Zaventem pour gérer 20 à 30 vols, presque le même nombre que dans la tour à Heathrow aux heures de pointe… » - Mathieu Golinvaux.

Je suis outré ». Ce jeudi matin, l’espace aérien belge a été fermé, une partie des nuits, faute d’un nombre suffisant de contrôleurs pour assurer les services. Une situation qui se répète depuis des semaines maintenant, malgré les négociations entre direction et syndicats de Skeyes, l’entreprise publique du contrôle aérien (ex-Belgocontrol). Le devoir de réserve comme fonctionnaire fédéral justifiant la volonté d’absolu anonymat, ce contrôleur du ciel, ou contrôleuse, estime que les conséquences des actions actuelles débordent le cadre normal d’un conflit social alors que les enjeux ne le justifient pas.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct