A la «salle de shoot» liégeoise: «C’est quand même mieux de faire ça ici, dans la rue, il y a des enfants…»

Une paille en bouche, les toxicomanes s’installent dans des fumoirs réservés à l’inhalation de stupéfiants.
Une paille en bouche, les toxicomanes s’installent dans des fumoirs réservés à l’inhalation de stupéfiants. - Sylvain Piraux / Le Soir.

A Liège

Je consomme depuis 19 ans. “Brune”, “blanche”, injection, inhalation…, je prends de tout. » Cheveux blonds encadrant son visage émacié, Sabrina* ne cache rien de sa situation de toxicomane. Son sourire timide fait ressortir ses pommettes saillantes. « Quand j’étais jeune, je suis sortie avec un garçon qui consommait. C’est là que j’ai commencé. J’avais 15 ans. » La « brune », c’est l’héroïne ; la « blanche », la cocaïne. Les deux principaux stupéfiants consommés dans un lieu unique en Belgique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct