Un phénomène très «flamand»

Le monde du travail abrite-t-il une somme de salariés enclins à quitter leur employeur ? Si cette catégorie existe, force est de constater que peu de ses membres osent franchir le pas.

Ainsi, l’an dernier, 12.828 personnes se sont inscrites auprès de l’Onem comme demandeurs d’emploi après avoir cassé leur contrat de travail. Soit une hausse de 1.893 unités par rapport à 2017. Si l’on excepte ce pic du dernier exercice, la norme était plutôt la stabilité pour les statistiques de l’abandon d’emploi.

Ces chiffres sont bien entendu incomplets : ils ne reprennent pas les situations où le salarié a claqué la porte de l’entreprise pour aussitôt franchir le seuil d’une autre. Ou celui d’une personne renonçant à temporairement à travailler.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct