1999: du toit du monde à l’abysse

Battu, au mois d’août 1998 par Michele Bartoli au Championnat de Zurich, après visionnage de la photo-finish pendant une demi-heure, Frank Vandenbroucke quitte Patrick Lefevere sur le vélodrome d’Örlikon sans un regard. « Je savais que je l’avais perdu », dit Lefevere. « Je n’ai rien pu faire pour le conserver, l’offre financière de Cofidis était inaccessible pour nous et je refusais d’accéder à sa demande principale : celle d’être unique leader de l’équipe. »

Les intervenants sont unanimes à ce sujet dans le documentaire : jamais Frank n’aurait dû quitter Patrick Lefevere, chez qui il reviendra plus tard, mais plus au même niveau. Au sein de Cofidis, c’est la star et il fait ce qu’il y veut. « J’ai travaillé pour des structures françaises, je savais qu’elles étaient plus laxistes, en hiver notamment, au niveau de la discipline », explique son père. « Et comme Frank cédait rapidement aux tentations, j’étais un peu inquiet. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct