Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».
Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout : « J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant ». - Sylvain Piraux

Une tasse de thé à la main et un bol de céréales au lait de soja devant lui, Kenzy débriefe le film regardé la veille avec ses colocs. Aucun des quatre compères (tous des copains de secondaire) n’a cours ce jeudi matin. Il règne dans cette maison bruxelloise comme un air de dolce vita, avec en fond sonore des notes de hip-hop. Kenzy, un étudiant de 20 ans en traduction, a emménagé ici il y a cinq mois avec Victor, Jules et Nicolas, 20 ans eux aussi. Ce sont les parents de ce dernier qui leur louent la maison, à un loyer avantageux. Depuis, la demeure familiale s’est transformée en kot cosy, rempli d’objets de récup et d’affiches aux couleurs vintages. Et les quatre étudiants, tant sur la bouffe que sur le fric, semblent en parfaite osmose. « Ça n’a pas toujours été comme ça, au début c’était le bordel cette coloc, mais on a appris à vivre ensemble et à mettre des règles », raconte Jules.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct